• Dans une ville où nous nous arrêtons pour faire le marché, alors que nous arrivons à un carrefour à très grande circulation, une scène étonnante nous laisse baba.

    Nous, qui sommes très vigilants par rapport à la circulation, et qui cherchions notre direction, vient à nous un homme sans jambes, torse nu, avec une bonne musculation qui se déplace avec les mains sur une planche, avec des petites roulettes comme sur les skates. Il ne nous demande pas de l'argent mais d'où nous venons et nous indique la bonne route.

    Ensuite, il se faufile au milieu de la circulation en sens inverse entre voitures et énormes camions, en les évitant au dernier moment, comme pour les défier... et en faisant des figures sur deux roues, avec parfois des tours sur lui même, tout ça en chantant !

    On dirait qu'il veut provoquer les véhicules, peut-être la cause de son handicap ?

    Nous avons trouvé cet homme exceptionnel, il nous a donné une bonne leçon de vie !


    votre commentaire
  • Nous plions la tente trempée car il a plu une bonne partie de la nuit. La grande route est finalement agréable, avec des paysages variés, cultures de mandarines, café,  cacao, manguiers, beaucoup d'oiseaux et la canne a sucre transportée avec des tracteurs ou camions qui tirent plusieurs remorques.

    L a Tebaida  à Tulua

    Transport de canne à sucre

    L a Tebaida  à Tulua

    Avec le taux d'hygrométrie, les fils se couvrent de lichen

     

    Une belle étape de 81 km. Et nous cherchons, comme d'habitude, à nous poser mais toujours des propriétés privées...

     

    L a Tebaida  à Tulua

    Encore un colombien, Jonathan, qui visite son pays pendant 4 mois

     

    Comme souvent, la route est déviée par des contrôles militaires. C'est à cet endroit que nous apercevons une église avec un parc autour.

    Nous y rentrons. A l'intérieur, un groupe de femmes qui discutent entre elles. Lorsque nous leur demandons la possibilité de camper, elles nous refusent en nous disant que c'est une zone militaire. En effet, derrière se trouve une tente de l'armée et sur le côté, un étendage avec des tenues.

    Nous repartons donc mais les militaires sur la route nous sifflent et nous interpellent. Nous croyons qu'il s'agit d'un contrôle de papiers mais ils nous demandent simplement ce que nous cherchons.

    Lorsque nous leur expliquons, ils sont surpris, appellent le commandant et nous proposent d'aller dans leur campement.

    Nous passerons une superbe soirée avec eux. Le cuisinier finira de cuire nos fayots, nous aurons droit a un bon jus de fruits mixé avec du lait et du sucre, le petit déjeuner servi le matin et à la séance de photos.

    Nous avons été très surpris par leur accueil et leur décontraction.

    L a Tebaida  à Tulua

    Non, nous ne sommes pas aux mains des Farcs !

    L a Tebaida  à Tulua

    El commandante

    L a Tebaida  à Tulua

    Nouvelle recrue !

    L a Tebaida  à Tulua

    L a Tebaida  à Tulua

     

     

     


    1 commentaire
  • Aujourd'hui, une étape banale de 71 km, juste pour avancer. Nous avons fait une très belle rencontre chez des horticulteurs, où Alejandra nous a montré comment utiliser l'Aloé vera ; les colibris se battent pour butiner sa fleur.

    Nous dégusterons un très bon mixte de fruits à l'Aloé véra.

    De Tuléa à Palmira

    De Tuléa à Palmira

    Aussi du tabac

    De Tuléa à Palmira

    De Tuléa à Palmira

    Alejandra

    De Tuléa à Palmira

    La mama

    De Tuléa à Palmira

    De Tuléa à Palmira

    Les araignées au dessus de notre tente

    De Tuléa à Palmira

    De Tuléa à Palmira

    Arbre bizarre, à vous de trouver le nom !

    De Tuléa à Palmira

    La zic est aussi dans le pré !

    De Tuléa à Palmira

    Nous avons réussi à en choper un

     

    De Tuléa à Palmira

    Bigoudis assortis au pull

    De Tuléa à Palmira

    Aujourd'hui, nous avons découvert un nouveau métier. Pendant que les gens font leurs courses, le gars met un carton sur le siège des scoots et même des vélos, pour que les conducteurs ne se brulent pas les fesses. Et tout le monde joue le jeu et glisse la pièce, c'est vrai que ici ça chauffe !

     

    Il fait très chaud et nous nous posons de bonne heure dans un hôtel pour mettre notre blog à jour.

    Demain, nous continuons notre route vers le sud en évitant Cali, d'après plusieurs avis de voyageurs.

    De Tuléa à Palmira

    De Tuléa à Palmira

     De Tuléa à Palmira

    Ville de Palmira, les carrosses côtoient les grosses voitures

     


    1 commentaire
  • Nous n'avons pas grand chose à dire sur ce grand trajet que nous avons fait en deux jours, si ce n'est que nous n'avons traversé que des champs de cannes à sucre .

    Toutes les rivières sont polluées par ces cultures intensives, les champs sont irrigués par celles-ci, pour ensuite leur rendre leurs eaux en plus des résidus d'engrais et de pesticides.

    Nous croisons régulièrement des énormes convois de camions trains qui transportent les cannes à l'usine. Lorsqu'ils nous doublent, nous serrons les fesses.

    Dans toute cette région, la population est en majorité noire. Nous croyons que ce sont des descendants d'esclaves, en rapport à la canne à sucre.

    Tout le long de ces grandes routes, il est impossible de camper. Nous dormons donc deux fois dans les petits hôtels des stations services qui sont bien et peu coûteux. C'est dans ces mêmes stations que nous nous ravitaillons régulièrement en eau car en Colombie, malgré qu'il y ait des rivières de partout, il n'y a jamais de points d'eau ou de fontaines dans les villes.

    De Palmira à Piendamo

    Les Baños des stations services

    Depuis Palmira, nous avons vraiment roulé pour avancer mais sans prendre de plaisir. Cc'est pour cela que nous avons décidé de faire un détour par Silvia pour sortir des routes à camions et partir à la rencontre du peuple indigène.

    De Palmira à Piendamo

    Le paysage s'arrange avant Piendamo

    De Palmira à Piendamo

    De Palmira à Piendamo

     

     


    votre commentaire
  • ça monte très dur jusqu'à la petite ville de Silvia... Nous passons de 1000 à 1737 m en 37 km.

    La route était très jolie et tranquille. Sur celle-ci, nous remarquons plusieurs sites où ils étalent une sorte de farine sur des grandes plateformes et même sur des terrains de basket ; ça sent le fromage de chèvre. Nous nous approchons pour se renseigner. C'est en fait de la farine fabriquée à partir du yucca, la grosse plante grasse ; ça passe dans plusieurs bains et c'est ensuite épandu pour sécher. Ce serait pour faire de l'aliment pour les animaux, une fois mélangé avec de la viande et du poisson.

    De Piendamo à Silvia

     

    De Piendamo à Silvia

    De Piendamo à Silvia

    De Piendamo à Silvia

    De Piendamo à Silvia

    Nous trouvons aussi des cultures de fraises suspendues

    De Piendamo à Silvia

    De Piendamo à Silvia

    Très belle vue depuis la route sur la petite ville de Silvia

     

    Arrivés à bon port, nous demandons la possibilité de monter notre tente. Ils nous indiquent un très joli parc au bord de l'eau et prés de la ville. Mais un jeune couple nous le déconseille à cause de nombreux consommateurs de drogue qui si rendent le soir. Ils nous indiquent, un peu plus loin, un autre parc au bord d'un lac. Nous n'aurons pas encore eu le temps de monter la tente qu'un gros orage s'abat sur nous. Heureusement, ici, ça ne dure pas longtemps. Mais, les nuits sont assez fraîches.

    De Piendamo à Silvia

    De Piendamo à Silvia

    Toujours bredouille, ce soir ce sera encore pâtes

     

    Dès que nous sommes arrivés dans la ville, nous avons été très surpris par les vêtements traditionnels portés par une partie des habitants. Nous avons l'impression d'avoir changé de pays.

    Ce sont en fait les indigènes Guambiano, une communauté autochtone qui vit tout autour de Silvia, dans des villages communautaires. Ils ont conservé leur mode de vie traditionnel, à l'abri de la modernité.

     

    De Piendamo à Silvia

    ça y est, nous sommes en Equateur ?

    De Piendamo à Silvia

    De Piendamo à Silvia

    De Piendamo à Silvia

    De Piendamo à Silvia

    De Piendamo à Silvia

    De Piendamo à Silvia

    De Piendamo à Silvia

    De Piendamo à Silvia

     

     


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique