• Ce désert était jadis un jardin verdoyant. Aujourd'hui aride et desséché.

    Pour nous y rendre, une jolie petite route étroite où nous ne croisons que quelques motos qui restent perplexes lorsqu'ils nous voient. Il fait de plus en plus chaud et le paysage commence à changer avec quelques beaux cactus pour annoncer le désert.

    Les vaches changent en prenant des bosses comme les dunes et des oreilles de lapins ; des chèvres, quelques cow-boys et  beaucoup d'oiseaux.

    De Neiva au désert de Tatacoa

    De Neiva au désert de Tatacoa

    De Neiva au désert de Tatacoa

    De Neiva au désert de Tatacoa

    De Neiva au désert de Tatacoa

    Une piste finale en montagnes russe nous emmène à un camping dans le désert blanc de Los Hoyos.

    Sur les guides celui-ci était noté pour son côté écolo et ses toilettes sèches. Ceux-ci n'ont jamais dus si rendre... Le côté sympa était la piscine aux eaux naturelles minéralisées. Avec une température extérieure qui frôle les 50°, c'était presque obligatoire ! Aussi, ces cases de terre originales ou ces tentes pour les familles de passage.

    De Neiva au désert de Tatacoa

    De Neiva au désert de Tatacoa

    De Neiva au désert de Tatacoa

    Maisons de schtroumpfs

    Mais là, comme nous ne sommes ni le week-end, ni la période des vacances, nous nous retrouvons une fois de plus seuls à camper.

    De Neiva au désert de Tatacoa

    L'unique WC que les pros du tourisme avaient appelés toilettes sèches était en fait un trou béant sous le bidet mais l'originalité était de faire ses besoins face au désert.

    De Neiva au désert de Tatacoa

    Plus bas, vue du WC sur le désert gris

    De Neiva au désert de Tatacoa

    Pipi du soir

    De Neiva au désert de Tatacoa

    Caca du matin

    De Neiva au désert de Tatacoa

    Nous ne resterons qu'une seule nuit à cause des moustiques qui adorent notre peau qui commençait juste à cicatriser.

    Le lendemain, nous nous rendons donc quelques km plus loin, dans le désert de Cuzco, cette fois-ci d'un ton rouge/ocre/jaune. A cet endroit, un observatoire de planètes car le soir, vous êtes servis en étoiles.

    Nous campons dans un site avec piscine mais sans moustiques et à proximité des nombreux canyons qui forment de véritables labyrinthes que nous visitons dès le matin alors que la température monte à vue d'oeil.

    De Neiva au désert de Tatacoa

     

    De Neiva au désert de Tatacoa

    De Neiva au désert de Tatacoa

     

    De Neiva au désert de Tatacoa

    De Neiva au désert de Tatacoa

    De Neiva au désert de Tatacoa

    De Neiva au désert de Tatacoa

    De Neiva au désert de Tatacoa

    De Neiva au désert de Tatacoa

    Les vautours sont partout !

    De Neiva au désert de Tatacoa

    De Neiva au désert de Tatacoa

    De Neiva au désert de Tatacoa

    De Neiva au désert de Tatacoa

    De Neiva au désert de Tatacoa

    De Neiva au désert de Tatacoa

    De Neiva au désert de Tatacoa

    De Neiva au désert de Tatacoa

    De Neiva au désert de Tatacoa

    De Neiva au désert de Tatacoa

    De Neiva au désert de Tatacoa

    De Neiva au désert de Tatacoa

    De Neiva au désert de Tatacoa

    De Neiva au désert de Tatacoa

    De Neiva au désert de Tatacoa

    De Neiva au désert de Tatacoa

    De Neiva au désert de Tatacoa

    Les cigales ici sont de vrais ULM et malgré qu'elles n'aient pas d'hivers pour se reposer, nous pouvons vous dire quelles ont du coffre !

    De Neiva au désert de Tatacoa

    De Neiva au désert de Tatacoa

    De Neiva au désert de Tatacoa

    De Neiva au désert de Tatacoa

    Le soir arrive sur le site petit à petit tout un groupe d'enfants qui ont fait une course d'orientation d'un jour et une nuit dans les méandres du désert.

    Ils sont très bien accompagnés par des moniteurs, secouristes et toute la logistique. Nous avons cru comprendre que leurs parents travaillaient tous pour les compagnies pétrolières locales.

    De Neiva au désert de Tatacoa

    De Neiva au désert de Tatacoa

    Ci-dessous, la cuisine du camping

    De Neiva au désert de Tatacoa

     

    De Neiva au désert de Tatacoa

    De Neiva au désert de Tatacoa

    Les canaris finissent les miettes

     


    3 commentaires
  • Nous repartons sous une chaleur torride par une nouvelle piste d'après les conseils d'un moniteur colombien qui nous a assuré un paysage muy bonito en grimpant par la montagne qui surplombe le Rio Magdalena, une piste empierrée mais roulante d'après ses dires.

    De Tatacoa à Natagaima

    De Tatacoa à Natagaima

    De Tatacoa à Natagaima

    De Tatacoa à Natagaima

    De Tatacoa à Natagaima

    La végétation change en s'approchant du fleuve

    Au départ c'était pas trop mal... en dégonflant un peu les pneus pour amortir les chocs. Mais, au bout de 20 km, nous avions déjà les cervicales en compote ! Et vu de ce qui nous attendait par la suite, nous abdiquons  et décidons de traverser le fleuve en barque pour rejoindre la grande route.

    De Tatacoa à Natagaima

    De Tatacoa à Natagaima

    De Tatacoa à Natagaima

    Peu après avoir quitté la barque, un producteur de melons nous en offre deux énormes que nous ne pouvons pas refuser malgré le poids et le manque de place. Nous en mangeons un peu et le soir, Sylvie part en quête de gens de la rue pour leur donner le gros qui restait.

    De Tatacoa à Natagaima

    De Tatacoa à Natagaima

    De Tatacoa à Natagaima

     Cadeau

     


    2 commentaires
  • Rien à dire sur ce parcours, à part cette grande route avec ces énormes camions de pétrole et autres véhicules, toujours à fond la caisse, tous ces monuments en bordure qui vous rappellent les nombreuses victimes, comme de partout en Colombie et le paysage banal de rizières et parc à vaches. Heureusement, un peu d'artisanat local et des rencontres nous font paraître les kilomètres moins longs.

    De Natagaima à El Espinal

    De Natagaima à El Espinal

    De Natagaima à El Espinal

    De Natagaima à El Espinal

    De Natagaima à El Espinal

    Alors que nous profitons d'un orage pour se faire des frites en bordure de l'autopista arrive vers nous un sympathique couple d'autrichiens qui ont pris une année sabbatique pour voyager en Amérique du Sud

    De Natagaima à El Espinal

    De Natagaima à El Espinal

    Arrivée à El Espinal


    2 commentaires
  • Fourmis du désert

    Les fourmis du désert sont des déserteuses.

    Profitant que les cigales chantent à tue-tête, elles ont faussé compagnie à leur troupe.

    En effet, un groupe de celles-ci, très agressives, qui devaient être chargé de garder la fourmilière ont profité de notre passage pour prendre possession de l'une des sacoches avant de mon vélo.

    Pas celle qui contenait la nourriture mais l'autre, ce qui prouve bien que ce n'était pas pour manger mais simplement pour abandonner leur poste.

    Ces fourmis clandestines ont voyagé du désert de Tatacoa à Natagaima soit 70 km de piste, route et traversée du Rio Magdalena dans une situation assez confortable pour échapper à leur sort.

    Les vélos ont ensuite stationné dans le petit restaurant de l'hôtel où nous avons passé la nuit et le lendemain, bizarrement, plus personne dans ma sacoche.

    Etait-ce leur destination finale ou ont elles trouvé un transport plus rapide pour atteindre leur but ?

    Nous ne le saurons jamais !


    4 commentaires
  • A l'hôtel d'El Espinal, comme il y a deux étages, le propriétaire nous propose de laisser les vélos en bas. Il y a un énorme portail métallique et un gardien de nuit mais il nous conseille tout de même de les attacher. Nous sommes alors assez surpris !

    Un moment plus tard, alors que nous descendons pour manger, le gardien et un employé nous interpellent pour mettre les vélos dans une chambre fermée en bas, ce serait plus sûr !

    Tout de même surprenant mais tant pis... nos deux vélos ont dormi dans une chambre seule et gratuitement.

    La route qui doit nous emmener à Bogota n'est pas très motivante à cause des nombreux bus et camions. Heureusement, il y a une bande en bordure de chaussée pour les deux roues mais quelquefois elle disparait à cause des travaux et là, il faut tripler l'attention pour ne pas finir tout plat comme ces nombreux chiens.

    El Espinal à Bogota

    Beaucoup de pépinières en bordure de route

    El Espinal à Bogota

    Dommage, nos petits enfants auraient certainement adoré

     

    Nous sommes aux environs de 380 m d'altitude et nous allons monter à 2800 m pour arriver à 2650 m à destination.

    Alors que nous arrivons à une station pour faire le plein d'eau, nous apercevons un couple de cyclistes de route colombiens qui nous avaient fait signe en nous dépassant et, à leurs côtés, un cyclotouriste qui vient nous saluer. Il est australien et vient d'Ushuaïa.

    Il nous explique affolé qu'il ne peut plus continuer car il y a un grand tunnel qui traverse la montagne et il est interdit aux vélos. Les colombiens lui expliquent alors qu'il est possible de le contourner en faisant demi tour mais que ça va être très raide ; ça ne l'enchante guère et ils appellent alors la police pour leur demander la solution !

    Nous, très calmes, avions déjà pensé à arrêter un pick-up car le stop marche très bien ici. Mais la police arrive et, après une brève discussion, ils stoppent un camion et lui intiment pratiquement de nous emmener à l'autre bout du tunnel.

    Nous voila partis tout les cinq. Mais le problème, à la sortie de celui-ci, c'est qu'il ne s'arrête plus alors que nous avions décidé de faire tout le parcours à vélo pour ne pas arriver trop tôt à Bogota.

    El Espinal à Bogota

    Nous questionnons nos compagnons de voyage et ils nous montrent sur la carte où ils ont demandé de se faire déposer. Nous ferons donc une vingtaine de kms avant de stopper.

    A ce moment là, l'australien nous aide à descendre les vélos et il reste dans le camion pour continuer.

    Nous apprendrons qu'il a négocié avec le chauffeur pour ne pas se taper les montées, c'est facile de voyager comme ça !!!!!

    Enfin chacun sa vision du voyage !

    Le lendemain, nous faisons une étape très physique et très désagréable, deux cars se sont comportés en véritables assassins et ont failli nous renverser.

    Un chien a aussi pris un coup de pare-choc juste devant nos yeux. Et, la pluie et le froid avec la fatigue se faisantt ressentir, nous décidons sagement de nous arrêter avant Bogota pour traverser la ville reposés car ce sera une étape à risques.

    El Espinal à Bogota

    Ici nous avons le droit !

     

    Le lendemain, ça grimpe toujours avant une belle descente qui nous emmènera aux portes de la ville en fin de matinée et sans encombres.

    Nous logerons dans la Candelaria, la ville historique de Bogota pour finir notre séjour et nous ne retoucherons plus les vélos.

    El Espinal à Bogota

      Et oui, c'est l'arrivée après 2314 km !

    Merci à ceux qui nous ont encouragé par leurs petits commentaires.

    Merci à Schwalbe pour ses pneus super costauds car pas une seule crevaison.

    Merci à notre bonne étoile qui nous a préservé de tous les dangers.

    Merci aux camions de ne pas nous avoir fait tout plat.

    Merci à notre PC de ne pas nous avoir lâché malgré les secousses.

    Mersi a Alexandra d'avoire corijez les fotes en différé de 6 hrs (allé jeté un cous d'oeil à son superbe blog voyage !)

    Merci à l'avion de ne pas s'écraser au retour.

    La question que nous avons entendue tous les jours : "de donde viene ?"

    L'exemple à prendre pour nos bouchers, boulanger-patissiers et restaurateurs :  ici que ce soit le pain, les pâtisseries ou la viande c'est toujours servi avec une pince et ils portent un bonnet et quelquefois un masque en papier, même les vendeurs de rue.

    El Espinal à Bogota et fin de notre périple

     

    Lorsqu'ils vous servent une part de poulet, ils vous donnent une paire de gants en plastique pour le manger sans vous en mettre plein les doigts.

     

    El Espinal à Bogota

    Nos vélos l'auraient bien mérité !

    Au cours de notre dernière journée, nous avons fait quelques photos en flânant dans les rues de la vielle ville historique, en commençant par les tags car Bogota est la ville des graffitis. Cette culture est très présente dans les grands centres urbains du pays, ils dénoncent corruption, répression et intolérance et revendiquent la liberté avant tout.

    Des visites touristiques sont même organisées autour de ceux-ci.

    Des Tags en veux-tu en voila..

     

    El Espinal à Bogota et fin de notre périple

    El Espinal à Bogota et fin de notre périple

    El Espinal à Bogota et fin de notre périple

    El Espinal à Bogota et fin de notre périple

    El Espinal à Bogota et fin de notre périple

    El Espinal à Bogota et fin de notre périple

    El Espinal à Bogota et fin de notre périple

    El Espinal à Bogota et fin de notre périple

    El Espinal à Bogota et fin de notre périple

    El Espinal à Bogota et fin de notre périple

    El Espinal à Bogota et fin de notre périple

    El Espinal à Bogota et fin de notre périple

    Les chaussures pendues aux fils elles sont bien réelles

    El Espinal à Bogota et fin de notre périple

    El Espinal à Bogota et fin de notre périple

    El Espinal à Bogota et fin de notre périple

    El Espinal à Bogota et fin de notre périple

    El Espinal à Bogota et fin de notre périple

    El Espinal à Bogota et fin de notre périple

    El Espinal à Bogota et fin de notre périple

    El Espinal à Bogota et fin de notre périple

    El Espinal à Bogota et fin de notre périple

    El Espinal à Bogota et fin de notre périple

    El Espinal à Bogota et fin de notre périple

    El Espinal à Bogota et fin de notre périple

    El Espinal à Bogota et fin de notre périple

    El Espinal à Bogota et fin de notre périple

    El Espinal à Bogota et fin de notre périple

    El Espinal à Bogota et fin de notre périple

    El Espinal à Bogota et fin de notre périple

    El Espinal à Bogota et fin de notre périple

    El Espinal à Bogota et fin de notre périple

    El Espinal à Bogota et fin de notre périple

    Allez, un petit jeu pour finir !

    Tous les tags ont une signification qu'il faut chercher dans les dessins

    1 - Votez pour le plus joli tag

    2 - Votez pour le plus expressif

     

     

     


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique