• De Palmira à Piendamo

    Nous n'avons pas grand chose à dire sur ce grand trajet que nous avons fait en deux jours, si ce n'est que nous n'avons traversé que des champs de cannes à sucre .

    Toutes les rivières sont polluées par ces cultures intensives, les champs sont irrigués par celles-ci, pour ensuite leur rendre leurs eaux en plus des résidus d'engrais et de pesticides.

    Nous croisons régulièrement des énormes convois de camions trains qui transportent les cannes à l'usine. Lorsqu'ils nous doublent, nous serrons les fesses.

    Dans toute cette région, la population est en majorité noire. Nous croyons que ce sont des descendants d'esclaves, en rapport à la canne à sucre.

    Tout le long de ces grandes routes, il est impossible de camper. Nous dormons donc deux fois dans les petits hôtels des stations services qui sont bien et peu coûteux. C'est dans ces mêmes stations que nous nous ravitaillons régulièrement en eau car en Colombie, malgré qu'il y ait des rivières de partout, il n'y a jamais de points d'eau ou de fontaines dans les villes.

    De Palmira à Piendamo

    Les Baños des stations services

    Depuis Palmira, nous avons vraiment roulé pour avancer mais sans prendre de plaisir. Cc'est pour cela que nous avons décidé de faire un détour par Silvia pour sortir des routes à camions et partir à la rencontre du peuple indigène.

    De Palmira à Piendamo

    Le paysage s'arrange avant Piendamo

    De Palmira à Piendamo

    De Palmira à Piendamo

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :