• De Torre à Covilhä

    Après avoir pic niqué au sommet le plus haut du Portugal, nous nous laissons glisser droit sur les freins jusqu'à la ville de Covilhä où nous avons l'adresse d'un copain pas très précise et une autre d'un ancien collègue de travail à Benquerença à une cinquantaine de kms de la grande ville.

    Le paysage est un amoncèlement de gros rochers ronds où paissent quelques troupeaux de chèvres. Covilhä  était jadis la capitale de la laine.

    Arrivé au cœur de cette grande ville et vu le dénivelé des rues, nous n'avons pas le courage de nous lancer dans la recherche du premier copain, nous faisons téléphoner un chauffeur de taxi au numéro noté sur l'adresse et personne ne répond.

    Nous nous disons alors qu'il sera plus simple de trouver l'autre collègue en pleine campagne.

    Nous réussissons quand même à nous tromper de route et décidons de camper dans un blé récemment moissonné à une trentaine de kms de chez eux pour ne pas arriver en soirée.

    Seul Bémol nous avons oublier de faire des réserves d'eau pour cuisiner et se laver. Michel fouine de partout et dans un tas de buissons il trouve une énorme vanne destinée à l'irrigation.

    C'est partit pour un débroussaillage à l'aide d'une branche et miracle , il y à de l'eau !

    A gérer toutefois avec minutie car la pression est énorme et la température à couper le souffle.

    Mais nous avons maintenant pris l'habitude avec les douches dans les torrents

    De Torre à Covilhä

    C'est partit pour une longue descente!

    De Torre à Covilhä

    De Torre à Covilhä

    De Torre à Covilhä

    De Torre à Covilhä

    De Torre à Covilhä

    Celle là est fausse elle est sur la place de Covilhä!

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :