• Comme toutes les fois au départ, ça grimpe énormément ! Mais, la route est agréable et nous avons décidé de faire une petite étape pour se baigner un peu.

     

    De guatapé à San Rafael

    De guatapé à San Rafael

    De guatapé à San Rafael

    De guatapé à San Rafael

    De guatapé à San Rafael

    De guatapé à San Rafael

    De guatapé à San Rafael

    De guatapé à San Rafael

    Ce qui arrive lorsqu'on touche à la jungle...

    De guatapé à San Rafael

    De guatapé à San Rafael

    De guatapé à San Rafael

    De guatapé à San Rafael

    Beaucoup de nids suspendus aux arbres

    De guatapé à San Rafael

    De guatapé à San Rafael

     

    Nous longeons la rivière, où nous trouvons un camping qui n'a que le nom... Lorsque nous arrivons, le patron est en plein entraînement de ses coqs de combats, avec quelques copains, et ne nous capte même pas.

    Nous nous entretenons donc avec son épouse et, lorsque nous lui demandons les "baños" pour prendre une bonne douche, elle nous montre que, pour se laver, c'est dans le "rio" ! Tant pis,  le coin est sympa et nous n'avons plus envie de rouler.

     

    De guatapé à San Rafael

    De guatapé à San Rafael

    Voici notre salle de bain !

     

    Dans le camping, juste une toile. C'est celle d'un couple de Medellin, qui viennent en moto passer 4 jours de repos. Ils nous adoptent de suite et nous passons de bons moments ensemble.

    Il est super équipé : machette, hache, hamac et surtout... le rhum !

    Il nous donne quelques hameçons et du fil de pêche pour que nous puissions survivre le reste de notre voyage. Le soir, il a tellement abusé sur le rhum qu'il n'arrive plus à attacher ses hameçons ! C'est Sylvie qui joue à la couturière.

     

    De guatapé à San Rafael

    Nous ne mangerons pas de poissons ce soir !

    De guatapé à San Rafael

    Wilson et Sonia préparent la soupe traditionnelle

     

     


    1 commentaire
  • Nous démarrons en descente et, alors que nous nous arrêtons à la première station pour faire le plein d'eau, tout un groupe de cyclistes font leur pause et nous interrogent curieusement.

     

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

     

    Nous en trouverons beaucoup sur notre route.

    Plus loin, alors que nous prenons enfin l'intersection pour El Penol et Guatapé, nous tombons en pleine Fèria. Tous les cow-boys du coin font des démonstrations avec leurs superbes chevaux qui dansent.

    Il y a aussi les bovins, barbecues géants et tout ce qui va avec.

     

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Chorizo

     

    Nous traversons des paysages avec des cultures de légumes très variées. Dans les montées, les nombreux touristes colombiens qui se rendent au même endroit nous saluent et nous encouragent.

     

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

     

    Nous apercevons enfin le célèbre rocher El Penol et arrivons à la superbe ville colorée de Guatapé. Nous logerons dans le seul hôtel camping tenu par un anglais, où nous prendrons un repos bien mérité.

     

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Pas belle la vida ?

     

    Après une nuit réparatrice, nous voila partis pour grimper les 740 marches du rocher El Penol.

    Pour une journée de repos, ce n'est pas mal !

    En haut, une superbe vue sur les presqu'îles. Elles ont été formées par un barrage hydro-électrique qui a englouti l'ancien village (qui à été reconstruit depuis).

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

     

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

     

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Quelque part dans le coin, une des villas de Pablo Escobar

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Nous descendons maintenant visiter la très belle ville de Guatapé, où toutes les maisons - mêmes les plus récentes - sont colorées et personnalisées avec des frises en relief qui représentent les coutûmes et légendes de la région.

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Les fruits des palmiers forment des perles

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Des hauteurs de Medellin à Guatapé

    Un jour de repos, et nous nous ennuyons déjà !

    Demain, nous partons en direction de San Rafael, une petite étape afin d'envisager la suite, par des petites routes en pleine nature mais au niveau des dénivelés, c'est la surprise totale.

    Et, si vous voulez savoir si ça monte, ne demandez surtout pas aux colombiens car pour eux, en dessous de 10 %, c'est plat !

     

     


    3 commentaires
  • Après une nuit à Bello, nous nous lançons jusqu'à Medellin, où nous passons le cap des 1000 km à notre compteur dans une circulation infernale.

    Nous galérons énormément pour nous rendre au centre et à la Plaza de Bottero. Cette ville que les guides mettent en avant ne nous marquera pas plus que ça.

    Dans de nombreuses ville il y a de nombreux téléphones publiques humains, des personnes dans la rue ont un prix affiché à la minute sur eux et un téléphone portable attaché à une ficelle , nous essayerons de vous montrer ça en photo.

     

    De Bello à Medellin

    De Bello à Medellin

    De Bello à Medellin

    De Bello à Medellin

    De Bello à Medellin

    De Bello à Medellin

    De Bello à Medellin

    Plaza Bottero à Medellin

    De Bello à Medellin

    De Bello à Medellin

    De Bello à Medellin

    Que choisir ?

    De Bello à Medellin

    Les herbes magiques

    De Bello à Medellin

     

    La fatigue aidant et, le fait que nous ne sommes pas très "musées" y est certainement pour beaucoup. Nous ne retiendrons donc de celle-ci que bruit, pollution et embouteillages. Nous avons décidé d'en partir au plus vite en direction de Guatapé ; ça n'aurait pas été chose facile si un cycliste sympa ne nous avait pas servi de GPS en nous accompagnant sur une dizaine de kilomètres, avec une grande partie sur autoroute.

     

    De Bello à Medellin

    Déjà le Brésil ?

     

    Nous qui voulions faire une étape tranquille... car nous n'avons pas pris un jour de repos depuis plusieurs jours... nous voila partis pour une montée de 18 km non-stop avec une vue imprenable sur la ville.

     

    De Bello à Medellin

    De Bello à Medellin

     

    Les hauteurs de Medellin  sont desservies par un téléphérique et des escaliers électriques. La ville s'étend jusqu'en haut des montagnes. La nuit, avec les lumières, c'est vraiment impressionnant.

    La criminalité à baissé de 80 %. Alors qu'avant, au temps du cartel de la drogue, cette ville comptait parmi les plus dangereuses.

    Pendant notre montée, nous nous arrêtons pour le repas de midi dans une gargote vide où les propriétaires doivent être en vacances : bancs et tables à l'ombre... nous trouvons même où s'ouvre l'eau.

    Tout à coup, alors que nous mangeons, une alarme se met en route pendant 10 minutes ! Nous continuons tranquillement et, un gars en moto arrive vers nous. Il vérifie tout et nous dit : pas de problèmes, vous pouvez rester.

    Nous arrivons enfin au terme de cette montée, où nous sommes passés de 1500 à 2200 m et il fait assez frais. Nous demandons à un poste d'essence la possibilité de camper derrière, où il y a une belle pelouse. Tout le personnel est d'accord mais la grande chef, pas gracieuse du tout et qui ne nous regarde même pas en face, refuse fermement en nous répliquant que ce n'est pas un hôtel... nous l'avions remarqué !

    Le propriétaire de la maison à côté, qui se trouvait là, nous invite à monter la tente sur sa pelouse. Et nous trouverons même de quoi se doucher... en lui demandant bien sûr !

    Il nous offrira aussi le café mais ça ne va jamais plus loin.

    De Bello à Medellin

     

     
     


    2 commentaires
  • Un parcours très sympa aujourd'hui. Nous trouvons les gens beaucoup plus avenants et les chiens moins agressifs, cela doit être comme chez nous suivant les régions.

    Ce matin, un couple de cyclistes de route nous questionnent en roulant puis plus loin nous font signe de les rejoindre boire un coup avec 3 autres de leurs amis, ils nous paient nos boissons et nos friandises.

    Plus loin, sur la route, un motard nous offre des mandarines. Il y a des jours comme ça où tout baigne !

    Nous arrivons plus tôt que prévu aux portes de Medellin.

    De Santiago à Bello

    De Santiago à Bello

     

    De Santiago à Bello

    De Santiago à BelloCacao

     

    De Santiago à Bello

    De Santiago à Bello

    De Santiago à BelloPopote de midi en pleine ville

    De Santiago à Bello

    De Santiago à Bello

    Auprès de mon arbre, je vivrai heureux, dirait Brassens


    1 commentaire
  • Nous prenons enfin du plaisir à rouler après 800 km et malgré les dénivelés impressionnants. Nous nous arrêtons manger à la ville de Cisnéros. Dans cette ville, une ancienne locomotive de la région d'Antioquia est entreposée. Alors qu'il se met à tomber un déluge, la serveuse nous propose de rentrer les vélos dans le restaurant.

    De San José à Santiago

    De San José à Santiago

    De San José à Santiago

    De San José à Santiago

    Attention à la descente !

    De San José à Santiago

     De San José à Santiago

    De San José à Santiago

    De San José à Santiago

    De nouveau, des collines entières plantées de canne à sucre

    De San José à Santiago

    Etonnant ces deux curieux voyageurs !

    De San José à Santiago

    De San José à Santiago

    Au passage, nous visitons une école

    En guise de digestion, 10 km de côte, avec des zones à 12 %, où nous sommes obligés de pousser, avant une belle descente jusqu'à Santiago, où nous camperons en pleine ville, à l'abri sur la terrasse d'une discothèque.

    De San José à Santiago

    Rien de tel qu'une discothèque pour dormir au sec !

    Dans cette petite ville, il y a - comme de partout - une population très pauvre. Certains se lavent à même la rivière et nous retrouvons la débrouillardise de ceux qui ont réutilisé l'ancienne voie de chemin de fer pour transporter les écoliers éloignés, avec des wagonnets poussés par une moto ou un scooter? Ils comptent même agrandir le parcours !

    De San José à Santiago


    votre commentaire